Sélectionnez un écrivain pour accéder
à sa biographie et à ses livres:

Catherine Bex
Catherine Bex

Catherine Bex est née à La Chaux-de-Fonds, en 1977. Neuchâteloise de cœur, valaisanne de tripes, elle a découvert les montagnes dès ses premiers pas et l’écriture dès l’adolescence.

En 1996, sa nouvelle La Statue est remarquée par le Prix jeunes auteurs des Editions de L’Hèbe. L’année suivante, sa nouvelle L’Enterrement ou le miroir d’Isis termine deuxième du prix littéraire pour jeunes auteurs de la commune de Vernier (GE).

Après des études de lettres à l’Université de Neuchâtel, elle entre à la rédaction de L’Express en 2007 pour effectuer son stage de journaliste. Elle est ensuite engagée auprès du site internet de 20 minutes.

En 2011, les éditions G d’Encre publie un ouvrage collectif dans lequel on retrouve certains de ses billets parus dans les colonnes du quotidien neuchâtelois. Quatre ans plus tard, elle sort son premier roman L’instant infime d’une respiration, aux éditions L’Age d’Homme, finaliste du 3e Prix littéraire SPG, en 2016.

Catherine Bex travaille actuellement comme journaliste auprès de Tamedia, à Lausanne, en parallèle à la rédaction de nouvelles œuvres littéraires.

Dernière parution :

L’instant infime d’une respiration, éd. L’Age d’Homme, 2015

Martin vit comme il court, court comme il vit. Avec une exigence extrême. Perfectionniste, introverti, il passe aux yeux de tous pour un homme travailleur et sportif, bon père et bon mari. Pourtant, Martin est faille, bloc fragile sur le ballant. Rattrapé insidieusement par la maladie, aspiré par l'idéal et obnubilé peu à peu par son sentiment d'impuissance face à Dieu, il perdra pied inexorablement. Jusqu'au drame.

Publications :

L’instant infime d’une respiration, éd. L’Age d’Homme, 2015
Air du temps, collectif, éd. G d’Encre, 2010
Prix littéraire de la commune de Vernier, collectif, 1997
Prix jeunes auteurs 1996, contes et nouvelles, contes et nouvelles, collectif, éd. L’Hèbe, 1996


Contact et réseaux sociaux :


 

Catherine Bex - L'instant infime d'une respiration

> en savoir plus

« Tout est question de souffle. Se concentrer sur le mouvement de la cage thoracique, ni trop lent ni trop rapide, exhaler ni trop ni trop peu, sentir les côtes se soulever, puis se contracter de nouveau pour mieux se dilater au passage de l’air. Un dosage subtil qui tient de l’art de la méditation et de la maîtrise parfaite de soi pour avancer même en terrain hostile, coûte que coûte, sans faiblir, sans faillir. Sans réflexion, pousser le corps plus loin pour que la machine de chair et d’os continue à se déplacer en un mouvement perpétuel. Dominer la souffrance, les orteils sanglants, la voûte plantaire cloquée, les muscles crispés, les articulations douloureuses, les envies de vomir. Et surtout, surtout, fuir le point de côté, qui brise tout élan, par une inspiration méticuleuse et calculée qui se calque sur la foulée. »

S’inspirant de faits réels, L’instant infime d’une respiration tente de dépeindre la plongée d’un homme a priori banal dans la folie, une folie menant à la négation complète d’autrui.