Sélectionnez un écrivain pour accéder
à sa biographie et à ses livres:

François Buhler
François Buhler

Après des études musicales marquées par l’obtention d’un Premier prix de virtuosité de clarinette et de divers prix, distinctions et récompenses, puis poursuivies à l’étranger dans plusieurs conservatoires, François Buhler délaisse après un an déjà la carrière de virtuose, trop restrictive à son goût, au profit des deux seules grandes et inusables passions qui valent la peine qu’on leur consacre sa vie, l’art et la connaissance. Commencent alors de longues études conclues par une triple formation complète en théorie musicale, en lettres à l’université en Suisse et à l’étranger et en graphologie. Ses diplômes en poche, il enseigne les sept disciplines musicales dans lesquelles il s’est spécialisé tout en pratiquant divers métiers : traducteur (anglais, italien, espagnol, allemand, néerlandais et russe) pour des organisations internationales (essentiellement le Conseil de l’Europe et l’Assemblée parlementaire à Strasbourg) ; correcteur, relecteur et rewriter (pour l’Unité éditoriale du Conseil de l’Europe) ; graphologue privé ; professeur de français pour étudiants de langue étrangère ; conférencier international multilingue et finalement écrivain (essayiste). Depuis septembre 2016 il est directeur de la collection Musicologie de la maison d’édition Connaissances et Savoirs à Paris dans laquelle il a publié son premier livre.

PUBLICATIONS
(musicologie uniquement)

Articles
Revue musicale suisse ISSN 1422-4674
5 mai 2003 Le Chalet d’Adolphe Adam : quand la Suisse était un sujet exotique pour opéra-comique
Juin 2004 Traditionalisme et modernité dans le Te Deum de Paul Benner, compositeur neuchâtelois

Revue musicale de Suisse romande, section musicologie, ISSN 0035-3744
Juin 2003 Une pièce « bien faite » : Le Chalet de Scribe et Adam
Juin 2004 Le Te Deum de Paul Benner, compositeur neuchâtelois

Site Internet musicologie.org
Octobre 2014 Nikolaï Nikolaïevitch Lodyjenski et Apollon Goussakovski : deux compositeurs inconnus du cénacle de Balakirev. http://bit.ly/10t85Cm
Mars 2015 Aleko de Rachmaninov : analyse et nouvelle traduction du livret
L'analyse: http://bit.ly/1x02qwY ou http://musicologie.org/15/aleko_de_rachmaninov_analyse.html
Le livret : http://bit.ly/1GMl3wW
Mai 2017 Revue de l’université d’Alberta TranscUlturAl, vol.9.1(2017), 8-28.
ISSN 1920-0323
The Pitfalls of Musical Translation http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/TC


Livres
15 avr. 2015 Aleko de Rachmaninov : analyse et nouvelle traduction du livret, Cighélio, Neuchâtel, ISBN 978-2-8399-1651-6
23 mai 2016 Aleko, l’opéra tzigane de Rachmaninov, Connaissances et Savoirs, Paris, ISBN 978-2-7539-0320-3
6 déc. 2018 Les Grands Ecrivains bipolaires. Art et santé mentale, tome 1, Publibook, Paris, ISBN 978-2-342-16439-8
22 oct. 2019 Quatre Grands Compositeurs bipolaires : Beethoven, Berlioz, Schumann, Williamson. Art et santé mentale, tome 2, Publibook, Paris, ISBN 978-2-342-16811-2
19 fév. 2020 Cinq Grands Compositeurs bipolaires. Art et santé mentale, tome 3, Publibook, Paris, 19 février 2020, ISBN 978-2-342-16888-4
2021 Prélude au siècle d’or de la poésie et de la musique russes ; Chansons et romances d’Alexandre Gouriliov, Publibook, Paris (à paraître)


 

Les dernières parutions de François Buhler :
François Buhler - Cinq Grands Compositeurs bipolaires

> en savoir plus

Première étude en français sur Anton Arenski, un compositeur russe considéré comme un génie de son vivant et pourtant presque totalement ignoré par la critique de son pays, première étude en français sur le poète et compositeur anglais Ivor Gurney, auquel les très nombreux écrits qui lui ont été consacrés en Angleterre n'ont jamais franchi la Manche, ce livre est aussi l'un des tout premiers textes révélant la bipolarité d'un compositeur aussi célèbre en France qu'à l'étranger, Charles Gounod, sur lequel existe pourtant une bibliographie très abondante dans plusieurs langues. Deux autres artistes anglais de premier plan, Edward Elgar et Malcolm Arnold, complètent l'ouvrage par des études musicologiques très approfondies qui n'ont elles non plus à ce jour aucun équivalent en français. De plus, comme dans le tome précédent où, dans les essais consacrés à Beethoven, Berlioz, Schumann et Williamson, apparaissaient fugitivement de nombreux autres compositeurs bipolaires, on surprend parfois ici au détour de leurs chemins de vie d'autres grandes célébrités musicales aux prises avec la même maladie, Balakirev, Bruckner, Mahler, Rakhmaninov, Scriabine. Sibelius, Tchaïkovski, Wolf, ainsi que de grandes figures littéraires ayant connu un destin parallèle. Mais ce livre n'est pas seulement remarquable par ses nouveautés dans le double domaine de la musicologie et de la psychiatrie ; texte scientifique à la pointe des connaissances actuelles sans jamais tomber dans la technicité, cet essai écrit dans un style magnifique sait, comme dans le plus passionnant des romans, faire revivre ces grands artistes aux yeux des lecteurs comme s'ils faisaient partie de l'entourage de ceux-ci et mérite à notre avis, comme les deux tomes précédents, de trouver place dans la bibliothèque de toute personne intéressée par la musique et la psychologie.

François Buhler - Quatre Grands Compositeurs bipolaires

> en savoir plus

Alors que le premier volume de ce grand ouvrage consacré aux relations entre l'art et la santé mentale décrivait la vie tragique de 150 écrivains de premier plan, dont Artaud, Balzac, Baudelaire, Byron, Dickens, Goethe, Hemingway, Hugo, Maïakovski, Nerval, Poe, Pouchkine, Tolstoï, ou encore Zola ; le second analyse en détail la vie et l'œuvre de quatre compositeurs parmi les plus célèbres. Comment la bipolarité et ses troubles se sont-ils manifestés dans la vie et l'œuvre de ces quatre grands compositeurs ? Combinant immersion dans leur quotidien et étude approfondie de leur art, François Buhler compose un nouvel essai biobliographique à la hauteur du premier, aussi accessible qu'intelligent, aussi éclairant que passionnant. France Loïse Rehbur Voici le livre fondamental que l'on attendait, le livre nouveau qui procède enfin à l'inverse de la quasi-totalité des ouvrages parus sur le trouble bipolaire depuis plusieurs décennies. Au lieu d'être écrit par un psychiatre et de se servir des grandes personnalités du monde musical comme simples exemples pour le bénéfice presque exclusif de l'étude et de la connaissance de la maladie, il est rédigé par un musicologue et se fonde sur les dernières avancées de la psychiatrie pour faire progresser la connaissance des compositeurs et leur œuvre. Ce livre mérite de trouver place dans la bibliothèque de toute personne intéressée par la psychologie et la musique. Claudio Leubacher

François Buhler - Les Grands Écrivains bipolaires

> en savoir plus

« À première vue, la dépression ne semble pas favorable à la créativité puisqu'elle entraîne ralentissement des fonctions psychiques, apathie, désintérêt, troubles de concentration, inhibition, etc. Mais les liens entre la créativité et le spectre bipolaire ne peuvent se ramener à quelques considérations aussi simples et réductrices. Il suffit de considérer le nombre impressionnant d'œuvres conçues dans une extrême fébrilité, parfois sous influence et avec une rapidité phénoménale par des maniaques, ou au contraire conçue par des dépressifs tout aussi notoires, des dépressifs unipolaires par exemple, pour être ramené à une vision plus nuancée. [...] Puis il faut prendre conscience que chaque pôle a ses facteurs favorables qui permettent de contrebalancer les effets négatifs de l'autre pôle. La dépression par exemple, de même que la normothymie, permet aux artistes de corriger les excès de la phase maniaque, d'où un gain considérable de la valeur de l'œuvre par le recul, la distance, la réflexion, l'autocritique, la pondération des idées, l'apport de compléments, tous facteurs qui engendrent un meilleur équilibre, une plus grande profondeur, une amélioration des structures, qui sont souvent les premières à faire les frais de la fébrilité maniaque, ainsi que la possibilité et la décision éventuelle, due au doute, de recourir à un « œil extérieur » ou tout au moins à des comparaisons très profitables. Les événements de la vie sont très importants dans le développement des troubles bipolaires. Il est avéré que l'existence des créateurs est souvent mouvementée, rythmée par des souffrances notamment dans l'enfance, des voyages et l'instabilité. Beaucoup ont eu des parents manifestant des troubles de l'humeur et connu la dépendance des drogues. Cependant la souffrance psychique générée par cette maladie ne devrait plus occulter de nos jours chez ceux qui en sont victimes l'immense richesse que peut apporter à la personnalité ce qu'on a pris l'habitude d'appeler le côté “soleil” de cette affection. Car les bipolaires ne sont pas que victimes de leur maladie, ils ne font pas qu'en souffrir : quelles que soient chez eux les interactions entre la créativité et la maladie, il est reconnu aujourd'hui qu'ils possèdent souvent à un degré supérieur aux autres les dons merveilleux de sensibilité, d'originalité, d'inventivité, d'inspiration et d'imagination. Les 204 personnalités mentionnées dans ce livre en sont l'irréfutable preuve. » Comment la bipolarité et ses troubles se sont-ils manifestés dans la vie et l'œuvre de grands écrivains ? A posteriori et à l'aune des avancées médicales sur cette maladie, comment relire les écrits et les trajectoires de ces femmes et hommes ? Combinant immersion dans les textes littéraires et enquête sur le quotidien souvent tourmenté de créatrices et créateurs aux prises avec cette pathologie – sans omettre toute la portée filiale de celle-ci –, François Buhler compose un essai biobliographique aussi accessible qu'intelligent, aussi éclairant que passionnant.

François Buhler - Aleko, l'opéra tzigane de Rachmaninov

Etude très complète de l’opéra de jeunesse de Rachmaninoff, la première parue dans une langue autre que le russe, seule traduction du livret respectant les textes de Vladimir Nemirovitch-Dantchenko d’après le poème de Pouchkine (Les Tziganes) publié en 1824. Aleko composé de la dernière semaine de mars 1892 au 13 avril de la même année et créé à Moscou au Théâtre Bolchoï le 27 avril / 9 mai 1893 avec Bogomir Korsov (Aleko), Maria Deicha Sionitzkaïa (Zemfira), Stepan Vlassov (le vieux tzigane), Lev Mikhaïlovitch Klementiev (le jeune tzigane) et Elizaveta Choubina (la vieille tzigane) sous la direction d’Ippolite Altani.
Rachmaninov a conservé toute sa vie un intéret pour les tziganes et leur musique remontant à une période précédant la composition d’Aleko. Or, à l’époque de l’opéra, il tombe sous le charme d’une femme mariée d’origine tzigane, Anna Alexandrovna Ladyjenskaïa, son aînée de cinq ans, dont le mari, Piotr Viktorovitch Lodyjenski, se voit tout d’abord dédier le Capriccio opus 12 sur des thèmes tziganes (1892-1894) avant que Rachmaninov n’ose, sans la nommer expressément, dédier à « A. L. » elle-même sa romance « Oh non, je t’en supplie, ne me quitte pas » puis sa première symphonie. On sait par ailleurs, que Rachmaninov ne se lassait pas d’entendre la sœur d’Anna, Nadejda, une chanteuse bien connue chanter des romances tziganes.