Sélectionnez un écrivain pour accéder
à sa biographie et à ses livres:

Claudine Houriet
Claudine Houriet

Claudine Houriet vit et travaille à Tramelan. Après des études à l’Ecole normale de Delémont et à L’Ecole d’Art de la Chaux-de-Fonds, elle se consacre pendant quelques années à l’enseignement. L’écriture et la peinture l’accompagnent depuis toujours. L’écrivain, fasciné par l’aspect inéluctable de l’existence, tente d’approcher la complexité de l’être, d’en saisir le désarroi et la fragilité. Le peintre privilégie la technique de la gouache, échappant peu à peu à des structures d’abord géométriques pour tendre vers une dynamique assouplie, alliant rigueur des formes et frémissement de la couleur, oscillant entre véhémence et sérénité, révolte et plénitude. Les deux démarches artistiques se rejoignent pour refléter la beauté du monde et ses contradictions profondes.

Publications

« Ressacs » (roman, 1988), éditions de la Prévôté (Moutier)
« Saisons premières » (roman, 1989), éditions Luce Wilquin
« Le Rire des Parques » (nouvelles, 1991), éditions Luce Wilquin
« L’invitation de l’ange » (nouvelles, 1995), éditions Luce Wilquin
« Le Ravaudage de l’âme » (roman, 1998, Prix de Littérature française du canton de Berne
1999), éditions Luce Wilquin
« L’Etoffe des songes » (roman, 2003), éditions Luce Wilquin
« Syllabes de verdure » (nouvelles, avec photos de Xavier Voirol, 2005), éditions Société jurassienne d’Emulation)
« Le Temps où nous aimions » (nouvelles, 2008), éditions Luce Wilquin
« Une aïeule libertine » (roman, 2011), éditions Luce Wilquin
« Le mascaret des jours » (roman, 2014), éditions Luce Wilquin
« L’obsidienne de la nuit » (poèmes, 2014), éditions de la Maison Rose, Cossonay

Quelques expositions personnelles

Galerie du Soleil, Saignelégier, 1995
Relais de l’Erguël, Saint-Imier, 1998
Galerie du Passage, Moutier, 2000
Le Royal, Tavannes, 2003
Galerie Art-Etage, Bienne, 2009
Rétrospective FARB Delémont 2011
Galerie du Passage, Moutier, 2014

Claudine Houriet est membre de VISARTE-JURA
Elle participe à de nombreuses expositions collectives.


Contact et réseaux sociaux :


 

Claudine Houriet - Le mascaret des jours

> en savoir plus

Ils viennent de près, de loin, de l'inconnu parfois. Issus du passé, d'un rêve, d'un voyage, d'une nostalgie. Ils accompagnent l'auteur depuis des mois, certains depuis des années. Le bourdonnement de leurs voix s'est peu à peu intensifié, est devenu assourdissant. Ils se sont mis à peser si lourd qu'il a fallu céder à leur insistance et façonner pour chacun d'eux la vie qui semblait leur être due. Voici leur petite troupe, réunie en une trentaine de nouvelles. Claudine Houriet a nourri ses personnages de sa tendresse et de ses fantasmes. Elle les tenait blottis en elle. Elle a ouvert les bras, ils se sont échappés. A toi, lecteur, de prendre la relève, de les accueillir et, peut-être, de leur offrir une deuxième existence.

(Claudine Houriet, Le Mascaret des jours, Luce Wilquin 2014, Quatrième de couverture)

Claudine Houriet - L'Obsidienne de la nuit

> en savoir plus

Qu'est-ce que la poésie ? Une chose inutile et précieuse qui allège la destinée de l'homme, exprime en quelques vers son mal-être et ses doutes, permet de transcender sa douleur ou de crier sa joie. Comment appeler l'émotion du poète sentant monter en lui les mots qu'il va tenter de faire chanter ? Un état de grâce ? L'attente du paradis perdu ? Une fulgurance qui le transportera ? L'instant enfui miraculeusement rendu ? Ce trouble intense impossible à définir ouvre un accès fugace à notre soif d'absolu.

Claudine Houriet nous offre ici quelques fragments de l'existence humaine, oscillant entre l'ombre et la lumière.

Claudine Houriet - Une aïeule libertine

> en savoir plus

Pour échapper à son existence, Sandra se met à fouiller dans celle d’une aïeule extravagante, jadis préceptrice chez de riches propriétaires russes. Dérangée dans son repos, exaspérée par l’outrecuidance d’une petite-nièce inconnue, la défunte s’insurge, impuissante devant cette incursion dans un passé tumultueux dont elle avait oublié les délices et les douleurs dans la quiétude de l’au-delà.
Du Léman à la Russie d’avant la Révolution, Claudine Houriet livre ici un roman passionné, habité par la folie de l’amour et de l’art.

Claudine Houriet - Le temps où nous aimions

> en savoir plus

" Un bourdonnement autour de moi. Des créatures rôdent, demandent à être reçues. Elles finissent par m'importuner. Je leur ouvre ma porte. Désormais à l'intérieur de la place, elles ne me laisseront plus en paix. Je dois leur donner vie. Parce que je me sens proche de ce qui est fragile, tous mes personnages ont une faille, une blessure, un secret. Dans ce recueil, le fil rouge de l'amour dans tous ses états relie en filigrane leurs histoires. Il les délivre ou les assujettit, fait d'eux des rois ou des mendiants. "

Trente courtes nouvelles légères, saugrenues, tragiques, féroces, poétiques, sensuelles. Une palette d'émotions offertes par un auteur qui, dans les coulisses, suit avec empathie les pérégrinations de ses créatures sur la scène de l'existence.

Claudine Houriet - Syllabes de verdure

Avec sa collection Le champ des signes, la Société jurassienne d'Émulation donne la parole aux femmes et hommes de lettres et aux artistes. Le but n'est pas de se contenter d'illustrer par le dessin, l'aquarelle, l'huile, la peinture acrylique ou la photographie des textes littéraires, mais de favoriser la synergie entre lettres et art, de donner une impulsion à la création.

Claudine Houriet - L'étoffe des songes

> en savoir plus

Nous sommes de l'étoffe dont les songes sont faits et notre petite vie est cernée de sommeil. (W Shakespeare).
Pendant quarante ans, avec indulgence, Léo le barman a écouté le mal de vivre de ses clients, jusqu'à en oublier la vacuité de sa propre existence. Elle resurgit à l'heure de la retraite, et Léo cherche dans le rêve une échappatoire à ce vide qui l'entraîne vers l'abîme, en s'inventant une famille avec son quotidien chaleureux ou querelleur. Mais la vie dresse des guet-apens au moment où l'on s'y attend le moins. Et Léo, par attachement à un ami disparu, devra renoncer à son univers de fiction pour affronter les aléas tangibles de la réalité.

Claudine Houriet - Le Ravaudage de l’âme

Hugo est un homme d'affaires sûr de lui, comblé, fier de sa position sociale. Possédant tout, que peut-il craindre ? il suffit pourtant que sa femme le quitte, que sa fille se dresse contre lui pour que son univers s'écroule. Viennent l'alcoolisme, le licenciement, la déchéance, la perte de tous repères - et l'homme naguère plein de superbe plonge dans le désespoir. Sa quête d'une vie nouvelle, après un détour par le milieu de la mode, le verra finalement échouer à Porto. Dans cette ville à l'atmosphère unique, il s'enlisera dans les boues de la misère avant de rencontrer des êtres d'exception qui l'aideront à " ravauder son âme ".
Ce texte à l'écriture vivante et colorée, où la haine et la fille vient ponctuer de temps à autre le chemin de croix du père, débouche sur un dénouement imprévu, moment de grâce à l'image de certains miracles de l'existence.

Claudine Houriet - L’Invitation de l’Ange

Silencieux, invisible, il se penche au-dessus de nos vies, nous enveloppe un instant dans sa robe légère, et le bruissement de son départ fait palpiter doucement une plume ténue qu'on recueille, surpris, interrogeant le ciel pour apercevoir l'oiseau qui l'a laissé choir...

L'Ange a effleuré notre quotidien, il le transcende, lui offre le rêve, le souvenir, le sauve de la médiocrité ou du désespoir. Il peut être l'Ange de la grâce, mais aussi l'Ange noir du ressentiment et de la mort.

Avec beaucoup de tendresse pour ses personnages, Claudine Houriet nous invite à suivre la trace de l'Ange dans ces onze nouvelles à l'écriture subtile et colorée.

Claudine Houriet - Le Rire des Parques

Ne se moquent-elles pas de nous, ces divinités toutes-puissantes qui, au gré de leur humeur, dévident le fil de notre destin? N'a-t-il pas droit à notre tendresse fraternelle, cet homme qui se débat entre leurs mains, assumant tant bien que mal une existence à la fois unique, précieuse et dérisoire? Avide d'amour, nostalgique ou amer, passionné ou résigné, hanté par l'enfance perdue, tiraillé par le doute, la révolte et la peur, il tâtonne, s'élance et retombe, marionnette qui voudrait croire à une liberté illusoire. Dans cette trentaine de nouvelles, Claudine Houriet donne souvent la parole aux humbles, aux mal-aimés, aux floués, à ceux qui passent à nos côtés et disparaissent, ombres ténues à peine entrevues. Aucune noirceur pourtant dans ces pages colorées de l'éclat du rêve et de la poésie, dont l'écriture précise et sensible excelle peindre les nuances subtiles d'un paysage comme à traduire le cheminement capricieux de la nature humaine.

Claudine Houriet - Saisons premières

Est-il possible pour une femme de quarante ans accompagnée de deux grandes filles de reconstruire un bonheur perdu? De renouer avec une idylle d'adolescence? De trouver la nécessaire pour contrer les impondérables de l'existence?
Claire, la narratrice, jalouse une femme trop belle, s'efforce de sauver le présent de l'infiltration des souvenirs, s'obstine à chasser un visage qui finit quand même par s'imposer malgré sa résistance... Alors, comme toujours, elle fait de longues marches dans la campagne et se noie dans le travail. Jusqu'à ce que son nouveau couple se défasse insensiblement... et qu'elle retrouve des raisons de vivre pleinement.
Ce roman est écrit dans une langue superbe, par petites touches, comme un tableau impressionniste. Sa musique est envoûtante.

Claudine Houriet - Ressacs