Sélectionnez un écrivain pour accéder
à sa biographie et à ses livres:

Sandro Marcacci
Sandro Marcacci

Né en 1963 à Neuchâtel, de racines tessinoises.
Aujourd’hui domicilié à Chézard-St-Martin.
Professeur de français et de philosophie au Lycée Blaise-Cendrars de La Chaux-de-Fonds.
Auteur d’œuvres poétiques, romanesques, théâtrales, et de livrets d’opéras.
Egalement photographe, initiateur des fonds d’études naturalistes Aqualogue et Araneicon.


Publications en volume :
Si près là-bas, récits en collaboration avec l'auteur Anne-Sophie Gindroz, Editions d'en bas / Editions Jamana, Lausanne / Bamako (Mali), 2014.
je t’aime, théâtre de voix, Editions Delibreo, Neuchâtel, 2008.
Fanny, Fannette, roman épistolaire, Editions Alphil, Neuchâtel, 2005.
Cruautés ?, prose en écriture simultanée avec Francis Jeanneret-Gris, Editions d’Autre part, Delémont, 2002.
Amibiase, poésie, La Vieille Presse, Neuchâtel, 1982.


Contact et réseaux sociaux :


 

Sandro Marcacci - Si près là-bas

> en savoir plus

Au Mali, on salue le voyageur ou l’étranger en lui disant : vous avez quitté là-bas chez vous et vous êtes arrivés ici chez vous – une formule de bienvenue, des mots simples pour dire une perception généreuse du monde dont bien des pays pourraient s’inspirer : chez moi, tu peux te sentir chez toi.

Ecrit en collaboration avec Sandro Marcacci, Si près là-bas rassemble des récits gravitant autour de l’expérience professionnelle et personnelle d’Anne-Sophie Gindroz, responsable de programmes de développement dans divers pays et chargée de missions pour des ONG suisses. Au fil des textes qui marquent des va-et-vient entre les différents lieux de son engagement (Mali, Indonésie, Laos, Chine) se dessinent tout à la fois la réalité de l’aide au développement sur le terrain, la vie particulière d’une famille multiculturelle qui se construit dans le contact permanent aux autres et le questionnement qui ne peut manquer de surgir sur l’ici et l’ailleurs.

Sandro Marcacci - je t’aime

> en savoir plus

« Quand je pense à danser, j’imagine une scène où je suis seule, une femme, ou d’autres peut-être, mais une c’est bien, seule au milieu de la scène et elle ne dit rien, juste le je t’aime dans les yeux. Je la vois comme ça, une femme qui regarde la salle, et elle est belle parce que c’est sa façon de parler. »

Sandro Marcacci - Fanny, Fannette

> en savoir plus

Au cours du vingtième siècle, plus de 100'000 enfants suisses ont été placés dans des institutions ou des familles d’accueil. Certains étaient orphelins, d’autres issus de familles pauvres ou simplement jugées indignes.
Ce roman, s’inspirant de nombreux documents, imagine par touches la vie de deux de ces enfants, deux « orphelines ». Trousseau, bilan comptable, note ou lettre de service : une littérature du non-dit qui adopte le regard de celui qui découvre un dossier d’archives et, dans la froideur des formules officielles et les feux croisés des personnages, accède au ton d’une époque.
Le lecteur, d’abord étonné par la forme épistolaire du roman, se laisse soudain séduire, entraîné qu’il est sur les pas de ces deux orphelines qui deviennent jeunes femmes – et bientôt majeures.

Sandro Marcacci - Cruautés ?

> en savoir plus

Par un exercice unique sous nos latitudes, deux auteurs neuchâtelois provoquent la poésie du souvenir dans une forme d’écriture simultanée et remarquablement ouvragée.
A travers cette anamnèse à quatre mains surgissent le père, la mère, les femmes qui, par un effet de miroir grossissant, deviennent les propres reliques du lecteur.

Sandro Marcacci - Amibias