Sélectionnez un écrivain pour accéder
à sa biographie et à ses livres:

Sylviane Chatelain
Sylviane Chatelain

Sylviane Chatelain est née à Saint-Imier. Elle est mère de quatre enfants.

Elle a étudié à l'Ecole des arts décoratifs de Genève, au gymnase du soir de Lausanne (maturité fédérale) et à la Faculté des lettres de l'Université de Neuchâtel où elle a obtenu un certificat d'études supérieures de langue et littérature latines.
Pendant une vingtaine d'années, elle a vécu successivement à Lausanne, Neuchâtel et Genève avant de revenir s'établir à Saint-Imier en 1986.

En 1984, elle reçoit le premier prix du concours littéraire organisé par l'atelier d'écriture du Soleil à Saignelégier (texte publié dans La montagne aux vingt miroirs), ce qui lui donne le courage de sortir de leur tiroir les nouvelles qui y dormaient jusque-là et qui seront rassemblées dans son premier recueil. Elle obtient ensuite le Prix Hermann Ganz, à deux reprises le prix de la commission de littérature du canton de Berne, le Prix Schiller et le Prix BPT (auj. Prix Bibliomedia Suisse). En 2000 et 2006, elle fait partie de la sélection Lettres frontière. Distinguée par le Prix des arts, des lettres et des sciences du Conseil du Jura bernois (CJB) en 2013, elle est la première récipiendaire de ce prix, remis une fois par législature.

Membre (1996-2002) puis présidente (2002) de la Commission de littérature de langue française du canton de Berne. Membre de la Commission francophone chargée des affaires culturelles générales (1999-2002). Pendant de nombreuses années, elle représente également le Conseil-exécutif du canton de Berne au sein du Conseil de Direction de la Fondation C.F. Ramuz (1998-2005).

Membre de l'Institut jurassien des sciences, des lettres et des arts (élue en 1994), de l'Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens et membre fondatrice du Cercle littéraire (2005-2006) de la Société jurassienne d’émulation (SJE), membre de l'AdS (Autrices et Auteurs de Suisse) et de Pro Litteris.

Liste des publications :
- Les Routes blanches, nouvelles, éditions de l'Aire, 1986
- La Part d'ombre, roman, Bernard Campiche Editeur, 1988. Prix Hermann Ganz 1989 de la Société suisse des écrivaines et écrivains. Prix 1989 de la Commission de littérature française du canton de Berne. Réédité aux éditions camPoche en 2005
- Schattenteil, (La part d'ombre, traduction allemande de Barbara Traber), Edition Hans Erpf, Bern/München, 1991. Publié en feuilleton dans la Neue Zürcher Zeitung
- De l'autre côté, nouvelles, Bernard Campiche Editeur, 1990. Prix Schiller 1991
- Le Manuscrit, roman, Bernard Campiche Editeur, 1993
- Das Manuskript, (Le Manuscrit, traduction allemande de Yla von Dach), eFeF Verlag, Bern, 1998
- L'Etrangère, nouvelles, Bernard Campiche Editeur, 1999. Lauréate Lettres-Frontières 2000
- Le Livre d'Aimée, roman, Bernard Campiche Editeur, 2002. Prix de la Bibliothèque pour tous 2003. Prix 2004 de la Commission de littérature française du canton de Berne (également pour l'ensemble de l'œuvre). Réédité aux éditions camPoche en 2009
- Une main sur votre épaule, Bernard Campiche Editeur, 2005. Lauréate Lettres-Frontières 2006
- Dans un instant, Bernard Campiche Editeur, 2010. Sélection le Roman des Romands
- Nouvelles et contes parus dans la presse et différentes revues de Suisse, Canada, Roumanie, Belgique et Russie.

- A paraître : La Boisselière, roman, Bernard Campiche Editeur, 2014.


Contact et réseaux sociaux :


 

Sylviane Chatelain - Dans un instant

> en savoir plus

Un extrait :
J’étais à côté de l’interrupteur. J’ai hésité, renoncé, je ne sais pourquoi, à allumer, d’ailleurs le couloir était faiblement, mais suffisamment éclairé par la lune ou les lumières de la fête.
Et d’abord j’ai pensé que c’était un drap jeté là par une femme de chambre occupée à changer un lit, à une heure pourtant inhabituelle, et puis, au fur et à mesure que j’avançais, effrayé, que c’était un corps évanoui ou sans vie, le corps de la mariée, mais ce n’était que sa robe, la robe blanche des noces, étalée de biais dans l’étroit couloir, le bouquet enlacé par une manche à demi repliée, en bas les souliers couchés l’un à côté de l’autre, en haut le voile soigneusement déployé. Une robe ample, au tissu somptueux, le corsage, je m’en souviens, entièrement recouvert de fines et sinueuses broderies nacrées sur lesquelles j’allais me pencher, attiré par la silencieuse lueur qui émanait d’elles, par leur doux éclat de perles, quand j’ai cru entendre un très léger bruit, un frôlement, le frottement peut-être, devant moi, de pieds nus sur l’épais tapis de laine.

Sylviane Chatelain - Une main sur votre épaule

> en savoir plus

Variations sur quelques thèmes, l’art, la solitude, la mort, les textes qui composent Une main sur votre épaule ont tous pour cadre le même lieu, la même maison. Les personnages de l’un se croisent dans un autre. Chacun contient en germe le suivant.
Ni recueil de nouvelles ni roman, ou alors lacunaire, ce livre se présente comme un puzzle à assembler de différentes manières, les pièces manquantes étant offertes à l’imagination du lecteur.
Une fois de plus, Sylviane Chatelain frappe par la haute exigence – alliée à une sensibilité poétique rare – de son écriture, qui fait que son audience ne cesse de s’amplifier au fil des parutions.

Sylviane Chatelain - Le Livre d'Aimée

> en savoir plus

Dans Le Livre d'Aimée, tout est suggéré, comme rêvé, reflété dans un miroir. Comme l'image lumineuse de cette petite fille à la robe bleue, témoin des « jours tranquilles de l'enfance». L'auteur raconte ici une histoire simple — la souffrance, la révolte de ceux qui sont privés de l'accès aux livres —, s'interrogeant sur « les profondeurs instables de la mémoire» et sur son rôle d'écrivain, en phrases brèves ouvrant des espaces qui s'imposent avec une beauté poétique et une évidence incroyables.
Sylviane Chatelain s'affirme comme l'une des voix les plus originales de la littérature suisse française.


Le Livre d’Aimée est parsemé d’images qui reviennent comme des refrains insistants dans les «paysages de mots» de la narratrice et des repères dans le fatras des souvenirs: les cris des hirondelles dans le bleu d’un ciel d’été liés à un instant de bonheur et d’attente mêlée d’un obscur désir. Une présence bienveillante penchée sur l’épaule de celui ou celle qui lit. Les lèvres rouges de la mère qui comme une fleur vénéneuse s’ouvrent et se referment en répétant sans se lasser la même malédiction. La main qui s’agrippe à la robe de la mère, la main impuissante du père à la fenêtre de l’hôpital, la robe bleue d’Aimée, les ailes tremblantes du papillon et les images de neige qui couvre d’abord les hauteurs pour venir bientôt tout effacer.
{…} Enfin, Le Livre d’Aimée, c’est surtout la faculté, à travers une langue d’une évidence incroyable, de dire peu, de se tenir dans le menu pour mieux suggérer l’indicible.

MAURICE REBETEZ, extrait du discours de remise du Prix Bibliothèques Pour Tous, 2003

Sylviane Chatelain - L'Etrangère

> en savoir plus

"Dès qu'elle était éveillée, elle allait les rejoindre. Il lui arrivait d'écrire encore quelques lignes. Mais les lettres qu'elle traçait étaient grossières en comparaison des signes qu'ils inscrivaient à la surface du verre, déliés, rapides, formés et aussitôt remplacés par d'autres qui leur étaient superposés.
Elle aurait voulu, comme eux, d'une encre qui s'efface, écrire une phrase dont se serait nourrie une autre phrase.
Ou plutôt, délivrée des mots, de leurs limites arbitraires et trop étroites dans lesquelles la pensée se fige, se réduit, répéter le même refus, le même désir. À travers les états successifs d'une métamorphose toujours inachevée, toujours imparfaite et recommencée, leur prêter une forme inlassablement variée et enrichie et leur donner enfin la force et le pouvoir de se faire entendre.

Prenait-elle encore le temps de se nourrir? Il lui arrivait de se réveiller brusquement, la nuque endolorie de s'être endormie assise, la tête dans ses bras croisés sur la table.
Et quelquefois il faisait nuit. Mais ils veillaient. Leurs ailes luisaient dans l'obscurité. Transparentes, elles semblaient flotter à la surface du ciel sur laquelle s'inscrivait le dessin compliqué de leurs nervures divergentes et ramifiées. Et c'est sur la plus fine d'entre elles qu'elle marchait maintenant, sur le plus ténu des chemins, à peine visible, une piste fragile tracée dans le désert, le sable noir de la nuit."

Sylviane Chatelain - Das Manuskript

> en savoir plus

Zwei Frauen, ein Haus, ein Manuskript und dessen toter Autor sind die Hauptfiguren in diesem geheimnisvollen Roman. Nelly flieht ins Haus ihres Geliebten Carl, der einige Monate zuvor gestorben ist. Hier entdeckt sie sein letztes Manuskript. Bald taucht überraschend Livia auf, die behauptet, im letzten Sommer Carls Geliebte gewesen zu sein. Nelly zweifelt daran, daß Livia die Wahrheit sagt. Aber nachdem sie Carls Manuskript gelesen hat, traut sie ihrer eigenen Erinnerung nicht mehr. Im Manuskript, das im zweiten Teil des Romans zu lesen ist, wird das Zusammenleben von Lucie und Fabienne mit dem Schriftsteller Marc im einsamen Haus auf dem Hochplateau genau beschrieben. Ist Lucie Livia? Fabienne Nelly? Und hat es Carl wirklich gegeben oder ist er bloß ein Produkt von Nellys Phantasie?

« Das Manuskript von Sylviane Chatelain ist ein Meisterwerk seines Genres, das sich mit den großen Werken von Catherine Colomb und Monique Saint-Hélier vergleichen läßt und ihnen in nichts nachsteht.»
Le Nouveau Quotidien



Sylviane Chatelain - Le Manuscrit

> en savoir plus

Une femme marche dans les pas d'une autre. Elle écrit. L'homme qu'elles ont aimé les rassemble. Elle le dit dans l'irrésolu souvenir de son regard et de ses gestes. Et dans l'énigme du manuscrit qu'il a laissé.
Premier mouvement.
Un homme s'avance dans les traces de son passé. Il vit dans l'étrange lacune de ce qui lui a échappé. Deux femmes croisent son regard et sa vie.
Deuxième moment.
Un être s'approche de la maison où ont vécu cet homme et ces femmes. Et où se trouve caché le manuscrit. Dans le dernier enchaînement de ces récits, le temps du livre est suspendu.
Un triptyque aux transpositions subtiles et à l'harmonie remarquable, dans lequel paraît une quête de l'existence. L'écriture qui la conduit, sobre, exigeante et sans faille, emmène une méditation sur le mystère de nos solitudes et de nos silences. Par quoi la littérature s'accomplit.
Jean-Dominique Humbert

Sylviane Chatelain - Schattenteil

> en savoir plus

« Der Himmel ist weiss wie die Felder. Sie weiss noch nicht, ob sie hinauf oder hinuntergeht, ob sie noch vorwärtskommt. Den Linien andere Linien, den Farben andere Farben hinzufügen, an ihren Bleistift, an ihren Pinsel geklammert, eines Tages wird sie dazu nicht mehr die Kraft haben, wird verbraucht sein, das Blatt wird leer bleiben. Dann wird sie schweigen müssen und ganz einfach der Welt ringsum zuschauen ... »

In einer klaren, dichten Sprache beschreibt die Autorin einfühlsam die innere Welt einer Frau an der Schwelle zum Alter, mit ihren Widersprüchen und Geheimnissen, Aengsten und Hoffnungen. Es entsteht allmählich das Bild eines Frauenlebens in seiner Ganzheit und seinem Anteil an Licht und Schatten.

«Lineatur eines Lebens in der Stille, dem nun Sylviane Chatelains Text behutsam Relief gibt. Ein Text, der nur langsam - in Fragmenten von manchmal bestürzender visueller Präzision - Identitäten, Zeitebenen, Zusammenhänge preisgibt; und dessen Schluss offenlässt, ob er einen Neuanfang markiert oder das Ende ... »
Neue Zürcher Zeitung

Sylviane Chatelain - De l'autre côté

> en savoir plus

Composé de sept nouvelles, De l'autre côté s'attache à ces instants où l'ordonnance toujours fragile d'une existence se défait brusquement, où il suffit d'un faux pas, d'une très légère perte d'équilibre pour l'arracher au cadre rassurant de la vie quotidienne. Le recueil est dominé par une nouvelle de 70 pages, De l'autre côté, qui décrit sobrement la terrible relation entre deux femmes : une mère et l'automobiliste ayant accidentellement provoqué la mort de sa fille. Une écriture superbe, feutrée et précise, sans aucun lyrisme.
Avec Les Routes Blanches , Sylviane Chatelain se profilait déjà comme une nouvelliste hors pair. Ce deuxième recueil l'impose comme l'une des meilleures de Suisse romande. Et son tout dernier ouvrage, L'Etrangère , confirme sa place dans la littérature suisse romande.

Sylviane Chatelain - La Part d'ombre

> en savoir plus

"Mais qui est-elle ? Qui était-elle avant la naissance de ses enfants ? Jeune, avec Germain, avant lui ? Pauline n'en sait rien.
Chaque fois qu'elle s'approche de Nora, c'est sa mère seulement qu'elle retrouve, une voix, des gestes, une odeur trop longtemps confondus avec le plaisir des repas, la chaleur du lit, le sommeil, la maison, comme elle un lieu où s'abriter pour grandir".

Sylviane Chatelain - Les Routes blanches

> en savoir plus

Dix nouvelles dont les mouvements parfaitement orchestrés se rejoignent pour communier dans un élan d'une beauté déchirante.

Premiers pas d'une écrivaine authentique qui sait saisir les nuances les plus subtiles de la vie psychique et évoquer avec finesse les insuffisances ou le tragique de la condition humaine.