Sélectionnez un écrivain pour accéder
à sa biographie et à ses livres:

Jean-Claude Zumwald
Jean-Claude  Zumwald

Jean-Claude Zumwald est né à Neuchâtel en 1952.

Il écrit des polars et des nouvelles ; justement, aime bien insérer dans ses romans des petites nouvelles, greffes qui distraient … ou égarent.
Vous ne trouverez pas dans ses récits, trois pages de description complaisante du déroulement d’un viol. Pas de meurtres en série non plus. La moyenne par ouvrage des trépassés est comprise entre un et zéro. Si vous ignorez comment un abdomen éventré se vide de ses viscères, vous n’en saurez pas plus après la lecture d’une enquête de Victor Aubois. On est dans le polar soft.

Victor Aubois c’est donc l’enquêteur de Jean-Claude Zumwald, un privé, anti-héros du polar, venu à l’investigation policière par hasard, son métier, c’est l’épicerie gastronomique. Il ne porte pas d’arme ne connaît rien aux arts martiaux. Il déteste sa propre publicité et malmener un suspect, cela autant par faiblesse que par éthique personnelle. A ce jour, il a conduit six enquêtes, autant de titres parus aux Editions Mon Village. Les 7 et 8 suivront en principe en 2019 ou 2020. Quelques vices et vertus d’Aubois : la bouffe -> pas mal ; l’alcool -> un peu trop ; les femmes -> un peu, surtout si elles sont fortes (de corps et d’esprit) ; le catholicisme -> plus qu’un peu ; la dérision -> bien assez ; des névroses -> excessivement ; la social-démocratie -> ce qu’il faut pour être politiquement correct ; le Gewürztraminer alsacien -> passionnément.

Vous ne saurez pas tout mais un brin davantage en apprenant encore que l’auteur a besoin de mettre vingt ou trente ans entre l’écriture et le déroulement des enquêtes qu’il imagine. Elles se passent par conséquent toutes dans les années nonante et obligent souvent Victor Aubois à rechercher des faits plus anciens encore – avec une préférence pour le deuxième tiers du 20ème siècle. J.-C. Zumwald aime l’histoire grande et petite, internationale et locale ; cela transparaît dans ses récits. Il n’a pas de comptes à régler lui semble-t-il avec son passé, son éducation et les milieux sociaux, ecclésiaux et professionnels qu’il côtoie ou a côtoyé ; mais il les brocarde, les décrit ou les flatte volontiers au fil de ses chapitres. Tout cela bien sûr avec tendresse.

L’auteur enfin ne prend pas pour insulte si on le qualifie de romancier de terroir. Il a la manie en effet d’insérer ses personnages dans des milieux qu’il connaît. Cela évidemment (et il "fait bien" de le dire …) en abordant des thématiques universelles qui touchent aux passions et émotions humaines. Pas étonnant dès lors que Victor Aubois enquête la majorité du temps dans un quadrilatère qui a pour sommet Delémont, Berne, Genève et Fribourg, avec un centre de gravité neuchâtelois et franc-montagnard. Les occasionnelles escapades étrangères se situent dans des régions que Jean-Claude Zumwald apprécie.

Le polar au fond c’est un levier pour parler du quotidien, de ses grandeurs et compromissions.


Contact et réseaux sociaux :


 

Jean-Claude  Zumwald - Un passé banalisé

> en savoir plus

Insolite demande faite à Victor Aubois par deux femmes: démêler l’obscur passé de leur père. Selon des courriers découverts après sa mort, celui-ci n’était pas le banal et lisse employé venu de France que décrivaient les récits familiaux. Qui était alors cet homme qu’on croyait sans histoire? Il avait tué, semble-t-il, deux fois peut-être; la seconde, une prostituée, pas loin du domicile familial. Mais pourquoi et comment cela fut-il étouffé?
L’épicier détective enquête avec persévérance, notamment en Bourgogne, à Paris et en Irlande. Par ailleurs, il est troublé par les confidences d’une jeune nièce en quête de spiritualité.
C’est finalement en Suisse romande dans les Franches-Montagnes qu’il achèvera de réunir toutes les explications… et perdra une fois encore des illusions amoureuses.

Jean-Claude  Zumwald - Un crime ou deux à Mont-Solytude

> en savoir plus

Victor Aubois est sollicité par une mère inquiète dont le fils a découvert, sur un vieil enregistrement, l’annonce d’un crime. S’agit-il d’un leurre, d’une fiction? C’est un logiciel qui aidera l’épicier détective – pourtant guère adepte des technologies nouvelles – à démasquer ce que dissimule cet apparent aveu d’assassinat sur bande magnétique.
Simultanément, l’enquêteur est amené à s’intéresser à un cadavre jamais identifié, retrouvé en 1947 sur les rails d’un funiculaire. Plusieurs protagonistes de cette affaire classée vivent encore. Ils sont vraisemblablement mêlés à l’intrigue mais ne sont guère coopérants. Aubois devra forcer sa nature conciliante, user de ruses douteuses pour mettre à jour un incroyable enchaînement de faits tantôt subis, tantôt planifiés.
Cinquante ans après le forfait, les mobiles reconstitués révèlent une troublante actualité qui oblige le détective à une plongée dans de cruels épisodes historiques.

Jean-Claude  Zumwald - La suicidée des Trois-Pigeons

> en savoir plus

Assassinat ou suicide ? Téléguidé par une inspectrice de police, Victor Aubois, complaisant, mène une enquête officieuse pour déterminer si la mort d'une jeune femme est bien due aux médicaments qu'elle a ingurgités et au monoxyde de carbone qu'elle a respiré. Se suicide-t-on après avoir appris qu'on est l'héritière d'une grosse fortune insoupçonnée ? Selon le bon sens, non. Mais là, selon de solides apparences, cela paraît plausible. Les liens entre la morte, discrète et modeste secrétaire, et le rescapé, en 1942, d'un ghetto de Pologne sont une clé de l'énigme.

Avec d'autres, l'épicier détective se décourage, s'égare avant de confondre les coupables.
Contre toute attente, ce sera grâce à une retraite spirituelle mouvementée et peu conventionnelle dans une communauté de Soeurs ignaciennes du Jura.

Jean-Claude  Zumwald - Les deux squelettes

> en savoir plus

Ossements moyenâgeux ou preuves d'un crime récent ? Deux retraités trouvent dans leur jardin les squelettes d'un adulte et d'un enfant. Ils chargent Victor Aubois de les identifier. L'épicier détective est confronté à une adversaire redoutable, Rose Guillaume, une aubergiste qui connaît de toute évidence l'histoire des squelettes.

Comment obtenir la coopération de cette femme qui s'évertue à cacher ses souffrances et engagements ? Rose protège des tiers, pourquoi ? Aubois est intimidé par celle qu'il découvre égérie d'un clan dont il peine à saisir ce qui le soude. Pour dénouer la situation, il devra se plonger dans un épisode sombre de l'histoire de la Suisse du XXe siècle, celui des enfants placés, maltraités, exploités dans des familles d'accueil et des institutions éducatives. Au final, il découvrira que la solidarité et la loyauté a permis à un petit groupe de victimes de surmonter ses traumatismes – au prix d'agissements ahurissants.

Jean-Claude  Zumwald - EXIT le salaud

> en savoir plus

Une enquête de Victor Aubois

Epicier par choix, détective privé par hasard, Victor Aubois est aussi collectionneur de cartes postales. Les noms et le texte énigmatiques écrits sur une carte ancienne qu'il achète en brocante l'entrainent dans une longue enquête solitaire.
Quels faits dramatiques ont précédé l'envoi de la carte ? Une complicité criminelle unissait-elle en 1945, deux jeunes hommes, l'un Juif d'Anvers et proche de la communauté israélite de la Chaux-de-Fonds, l'autre fils d'une famille mennonite du Jura ? Et pourquoi, tente ans plus tard, des vieillards qui connaissaient de près des pans de vérité choisissent-ils de se taire ?
L’enquête est longue, ni Victor Aubois, ni aucun des protagonistes n’en ressortira indemne.

Jean-Claude  Zumwald - La photo de classe

> en savoir plus

Une enquête de Victor Aubois

Un médecin ambitieux, Richard Gendroux, inquiété par des compromissions passées, la rupture d'anévrisme fatale d'un homme déjà déclaré mort vingt ans auparavant, des prétendus ex-soixante-huitards rangés, une photo amputée pour tromper, un prêtre en psychanalyse – en même temps brocanteur atypique ... Mais que cherche à cacher le riche Docteur Gendroux ?
Victor Aubois, épicier en congé et détective sans trop le vouloir a besoin de toute sa rationalité pour déjouer des manipulateurs et pour démêler une affaire où intimidations et dissimulations se conjuguent pour le mystifier.